viernes, 5 de junio de 2009

Messiaen y las mujeres

Messiaen juvenil cantado por Suzie Leblanc en Atma
Olivier Messiaen (1908-1992): CHANTS DE TERRE ET DE CIEL

Suzie Leblanc, soprano
Robert Kortgaard, piano
Lawrence Wilifrod, tenor (en 2)
Laura Andriani, violín (en 2, 3 y 5)

1. Trois mélodies [Olivier Messiaen]
I. Pourquoi
II. Le sourire
III. La fiancée perdue

2. La Mort du nombre [Olivier Messiaen]
3. Vocalise [transcripción para violín y piano]
4. Chants de terre et de ciel [Olivier Messiaen]
I. Bail avec Mi
II. Antienne du silence
III. Danse du bébé-pilule
IV. Arc-en-ciel d'innocence
V. Minuit pile et face
VI. Résurrection

5. Thème et variations para violín y piano
----------
ATMA CLASSIQUE ACD2 2564 (Gaudisc) [55'33'']
Grabación: Mayo de 2008


Obras de la primera etapa de Messiaen, marcadas por las relaciones del compositor con las mujeres: las Tres mélodies de 1930 están dedicadas a su madre, la poetisa Cécile Sauvage, y tras los Chants de terre et de ciel (1935-36) y el Tema y variaciones para violín y piano (1932) está la inspiración de su primera esposa, la violinista Claire Delbos. El disco se completa con la Vocalise (1935), en transcripción para violín y piano, y la rara y poco programada cantata La Mort du nombre (1930). En torno a la estupenda soprano Suzie Le Blanc, Atma ha reunido a un equipo elegante y eficaz.

[Publicado en Diario de Sevilla el sábado 30 de mayo de 2009]


Messiaen: La Mort du nombre. [9'18''] Leblanc, Wiliford, Andriani, Kortgaard.

Séconde âme
C'était un rayon de soleil qui dormait dans ta main.
Tu levas très haut tes petits doigts.
Il se mit a briller d'un tel éclat
que je ne vis plus que lui.
Et il se déroula et devint si long
qu'il embrassait les quatre confins.
En montant il m'enveloppa
et me conduisit vers ton âme sereine.

Je suis encore très loin de toi.
Qui m'en éloigne davantage ?
Pourquoi l'adieu ?
Rien ne peut détruire le rêve !

Prèmiere âme
L'eau dormante ne fuit pas la fleur, la fleur qui la regarde.

Séconde âme
Je veux m'approcher.
Quelle force invisible m'arrête ?
Pour qui ces liens ?
Pour qui ces chaînes ?
Je ne peux plus vouloir !
Pourrai-je monter ainsi cet escalier sans fin ?

Prèmiere âme
Il faut dissoudre les nuées, combler les océans.

Séconde âme
Ô longue, ô triste attente !
Ô souffrance, cercle de feu !
Meurent le temps et l'espace !
Loin la joie !
Loin la lumière !
Cloches d'horreur ! Breuvage affreux ! Mur qui m'écrase !
La terre s'entr'ouvre, les astres croulent,
le monde est enseveli !
La fin, la fin, qui la dira ?
Je souffre ! Je souffre ! Je souffre !

Prèmiere âme
Attends ! Espère !
Plus légers que des oiseaux de plumes,
plus légers que le vide,
plus légers que ce qui n'est pas,
nous planerons au-dessus d'un rêve.
Le poids du nombre sera mort.
Il sera mort ! Mort !
Entends le chant de notre âme unique !
Clair sourire, regard pur, tremblante extase,
il monte plus haut que cette âme
ey s'enlace vers des clartés nouvelles,
dans un éternel printemps.

3 comentarios:

ana de la robla dijo...

No te lo vas a creer, pero yo he cantado con Suzie Le Blanc...

Pablo J. Vayón dijo...

CLARO que lo sabía, es de dominio público....

(cuenta, cuenta...)

ana de la robla dijo...

Jajaja, eso cuando vengas a Santander...